Le Front populaire pas content

Procès Chokri Belaïd : « Il faut recommencer l’enquête ! » (Jilani Hammami)

chokribelaid

La première audience publique dans l'affaire de l’assassinat de Chokri Belaïd, qui avait eu lieu le 6 février 2013, s'est tenue ce mardi 30 juin au Tribunal de première instance de Tunis. Aussitôt ouvert, le procès a été reporté au 30 octobre prochain à la demande de la partie civile et de la défense.

Parmi la trentaine d'accusés, seuls six étaient présents pour l'ouverture du procès. En revanche, du côté des avocats, la mobilisation était de mise : un bataillon de 1 800 avocats a été mobilisé pour ce procès, dont 300 étaient présents pour plaider aujourd'hui. Ce procès permettra-t-il de lever les mystères autour de l'assassinat de Chokri Belaïd ? Pour ses « camarades », c'est loin d'être certain. Joint par 360, Jilani Hammami, député du Front populaire à l'Assemblée des Représentants du peuple, n'a pas caché son mécontentement lorsqu'il évoque le déroulement du procès : « On cherche toujours à camoufler la vérité et on essaie, par tous les moyens, de ne rien relever aux gens », peste-t-il. Le député estime que cette audience n'est « pas sérieuse, vue l'ampleur qu'a provoqué cet assassinat politique dans le pays. » Selon lui, « il faut recommencer l'enquête pour faire la lumière sur cette affaire et trouver ceux qui ont commandité, organisé et facilité cette opération. » En critiquant le déroulement de l'enquête, Jilani Hammami évoque notamment l'analyse balistique « qui a trop tardé pour donner des résultats plausibles. » Avant l'annonce du report de l'audience, Jilani Hammami nous indiquait « ne pas être confiant » quant à l'issue de ce procès, quelle qu'elle soit. 

© Illustration : Manifestation du 8 février 2013.

Publicités

commentaire(s)